Conseils pour apprendre à lâcher-prise

lâcher-prise

Vous êtes-vous déjà demandé comment lâcher prise ? Peut-être que si, mais vous ne savez pas comment s’y prendre. Il est très difficile de se défaire de certaines situations ou de certaines personnes. Vous trouvez qu’il est très difficile de lâcher prise. Mais pourquoi procéder ainsi ? Et comment l’effectuer proprement ?

Qu’est-ce que le lâcher-prise ?

L’art du « lâcher-prise » renferme un élément important : une invitation à rompre les liens malsains avec des événements, des idées, des biens et des irritations anodines et fortuites. Le présent apparaît comme le temps idéal pour mettre définitivement fin à ces nuisances afin de savourer la vie telle qu’elle se dessine chaque jour. « Lâcher-prise » signifie également renoncer à résister et à lutter pour s’accrocher à des questions sans importance en échange de moments forts, symboliques et sains qui se présentent. Dans la vie, il faut laisser aller et accepter les réalités immuables. Ces dernières apparaissent inévitablement. Un développement personnel se définit comme « Accepter ce qui est », et « lâcher-prise de ce qui était ».

Cependant, la soumission, la résignation ou la fuite ne constitue pas les synonymes du mot ” lâcher-prise”. Le lâcher-prise signifie de ne pas garder à l’intérieur de choix les remords, la haine ou encore la tristesse. On utilise les échecs ou les non-réussites pour tirer une leçon, mais on les laisse vite de côté. Le lâcher-prise sur approche plus de la maturation de l’esprit, de son épanouissement, et de sa prise de conscience. On affronte nos erreurs pour les laisser de côté. Il s’agit entre autres d’un acte libérateur de tous les poids de la vie.

Quel est le contraire de « laisser aller » ?

L’opposé du lâcher-prise est la résistance ou encore l’attachement. Se raccorder et s’identifier à ses pensées entraîne une souffrance morale. Par contre, lorsqu’on cesse d’accorder de l’importance à celles-ci et qu’on les accepte telles qu’elles viennent, on jouit de l’énergie de la liberté.

Parmi les réflexions communes auxquelles on se fixe et qui créent des émotions telles que la colère, la rage, le dégoût, la déception, l’anxiété, la peur, le chagrin et la dépression, on peut citer :

  • Elle aurait dû être une bonne mère.

  • S’il n’avait pas triché, j’aurais été heureuse.

  • Les choses auraient dû se passer diversement.

  • J’aurais dû avoir une vie bien plus agréable dans le cas présent.

  • Il n’aurait pas dû mourir.

  • Mon patron aurait dû me donner une promotion.

  • Si je reste un peu plus longtemps, il va arrêter de boire.

  • Si je faisais les choses différemment, je serais beaucoup plus prospère maintenant.

  • Elle doit changer, sinon je ne trouverai pas la paix.

  • Ils contrôlent ma vie.

  • Tout était bien mieux dans le passé.

  • Je serai heureux à l’avenir quand j’aurai obtenu ce que je veux.

En tant que professeur d’introspection, Byron Katie écrit : « Quand je me dispute avec la réalité, je perds, 100 % du temps. Mais qu’est-ce que cela signifie ? Alors, comment lâcher-prise ? Comment accepter les faux pas de son livre de vie ?

Favoriser l’évolution d’un esprit mature

Au fur et à mesure que les êtres humains mûrissent et deviennent plus sages, ils commencent à prendre conscience des éléments essentiels et des événements futiles. S’éloigner de certaines situations et de certains souvenirs douloureux marque un pas en avant. Il y a tant de choses à accomplir, tant de possibilités à exploiter selon ses capacités, qu’il n’y a pas de place pour un élément perturbateur. Des faits doivent être laissés de côté dans la sphère de la vie quotidienne. Parfois, les changements nécessaires pour grandir et s’épanouir se révèlent souvent difficiles à assimiler. Ils exigent un travail approfondi de l’être spirituel et physique. La maturation et la transformation personnelle peuvent souvent être inconfortables, mais rien n’est aussi douloureux que d’être coincé là où son appartenance ne se justifie pas. La partie la plus difficile du développement revient à lâcher-prise et à quitter la marge de sécurité pour aller de l’avant dans une voie nouvelle et inexplorée. La sagesse véritable et précieuse réside dans l’acceptation de ce qui est, le lâcher-prise de ce qui était et la croyance en ce qui pourrait être.

Le changement se produit pour une raison, il n’est jamais simple à appréhender et à intérioriser, mais rien de ce qui vaut la peine d’être vécu au quotidien n’est facile. Il est assez complexe de lâcher-prise et d’oublier ses erreurs antérieures, mais ensuite, on est libre des chaînes émotionnelles qui limitaient les mouvements. On constate rapidement que c’est la meilleure décision à prendre. Les espoirs, les perspectives et le bonheur futur ne devraient jamais être définis par la peur et l’anxiété comme le souligne le site www.fredericarminot.com.

Le lâcher-prise consiste à ne pas gommer les erreurs du passé, parce qu’on ne le peut pas et cette démarche se révèle inutile., mais à ouvrir une nouvelle page de sa vie pour aller de l’avant et rectifier ce qu’on a mal réalisé.

Identifier les causes du mal émotionnel

Maintenant, dans votre relation actuelle, un schéma se développe. Supposons que votre partenaire flirte avec une connaissance lors d’une fête. Vous attribuez la douleur émotionnelle que vous ressentez à ce que vous avez vécu dans le passé et au comportement de votre partenaire actuel.

Mais voici pourquoi le fait de blâmer les autres vous maintient en mode victime. Il vous a amené à croire que vous n’êtes pas assez bon ou digne de l’engagement et du dévouement d’un partenaire. Lorsque vous voyez votre partenaire flirter, vous choisissez d’interpréter l’information comme “je ne suis pas aimable” ou “je n’en suis pas digne”. Vous avez perdu votre capacité à être impartial par rapport au comportement de votre compagne à cet égard. Il se peut réellement que votre partenaire flirte. Ce n’est pas à cause des actions de votre partenaire, mais à cause de vos convictions sur ses actions. Alors, détachez-vous des pensées et attitudes limitantes identifiées.

Apprendre à pardonner

La haine, l’antipathie et le refus de pardonner vous emprisonnent dans une spirale sans fin et vous empêchent d’aller de l’avant. Lorsque vous tolérez un évènement, vous allez faire du bien à vous-même. N’hésitez pas à remettre les complaisances et à laisser les rancunes derrière vous.

Essayez de lâcher prise sur ce qui vous empêche de faire l’expérience de vous-même. Certainement, les opinions d’autrui ne reflètent pas vos sentiments et votre personnalité. Vous n’êtes pas le fruit de vos expériences passées désagréables. Votre vie ne se définit pas comme une succession de mauvaises décisions et d’émotions néfastes. Les idées négatives sur soi-même et le discours blessant sur la personnalité empêchent une personne d’être ce qu’elle a choisi d’être et de s’épanouir convenablement. En effet, pour pouvoir lâcher prise, il faut avoir une forte conscience de soi, laquelle offre une excellente occasion pour tirer les leçons de ces erreurs et se forger une opinion sur ses expériences et sa personnalité.

Apprenez à pardonner pour avoir un esprit serein. La paix de l’esprit se présente comme l’élément fondamental pour aller au-delà des erreurs et atteindre “la béatitude”. N’oubliez pas que si vous allez essayer de répliquer le mal par le mal vous ne heurterez que vous-même. Cette situation vous enfoncera dans la dépression, la mélancolie, dans les sauts d’humeur et vous entraînera dans des problèmes de santé à n’en plus finir. Certes, Il est tout à fait légitime de pardonner, mais il ne faut pas les oublier ce qui s’est passé pour corriger les trajets de l’avenir.